Tiffany

Travailleuse en santé mentale en milieu hospitalier, hôpital

La COVID-19 a vraiment eu un impact sur ma vie personnelle et professionnelle, mais elle n’a pas vaincu mon sentiment d’espoir et de résilience. Elle nous a déjà donné de nouvelles occasions de soutenir les gens lorsqu’ils en ont le plus besoin. J’espère que cette expérience nous permettra d’en apprendre un peu plus sur nous-mêmes en ce qui concerne la façon dont nous gérons les traumatismes. N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul. Vous êtes fort. Vous êtes résilient.

Hiba

Familles, enfants et jeunes
Santé mentale
et santé des femmes, hôpital

Comme pour beaucoup de personnes, j’ai parfois des difficultés à trouver mon équilibre travail-vie personnelle. Certains jours, je me sens heureuse et d’autres jours, je me sens épuisée. Je trouve ça stressant, c’est certain, mais je fais de mon mieux pour dominer la situation et représenter le domaine du travail social par la défense des intérêts, l’empathie et l’écoute active. Chaque client au sein de la communauté a son propre parcours et sa propre histoire, mais nous partageons cette expérience ensemble. Être en mesure de fournir l’expertise et les ressources au moment où le client en a le plus besoin, de reconnaître ce qu’il vit et de faire preuve d’empathie. En fin de compte, nous sommes tous des êtres humains. Mon métier de travailleuse sociale a toujours été gratifiant, et pouvoir mettre en lumière notre soutien envers nos clients pendant la Semaine du travail social est particulièrement apprécié et gratifiant cette année.

Vinita

Santé mentale

La COVID-19 a mis en lumière le besoin de services de santé mentale. De nombreuses personnes ont perdu leur emploi, connaisse un stress sur le plan financier et endossent des responsabilités supplémentaires (p. ex., les enfants qui étudient en ligne). Je fournis des services de conseils en situation de crise à toute heure (parfois tôt le matin, de 2 heures à 7 heures). Mes quarts de travail « sur appel » ont également augmenté dans certains cas. Les dirigeants des organisations communiquent régulièrement avec moi pour obtenir des services d’encadrement et de consultation. Les travailleurs sociaux sont des travailleurs de première ligne essentiels; ils fournissent un soutien holistique et effectuent des évaluations approfondies qui aident les personnes, les familles, les groupes et les communautés. Mon message d’espoir est que nous continuions à renforcer nos liens par la collaboration et la solidarité. Le réseau de pratique professionnelle a été très utile alors que les cliniciens partagent activement des ressources. Nous avons tous besoin les uns des autres pour nous soutenir et faire une différence dans ce monde.

Krista

Three words sum up the last 12 months: stressful, humbling, grateful. There is no balance at times, only mindful moments. I appreciate the stress my clients are experiencing because it is a shared human condition. As a social worker I have been able to support my clients by leaning on fellow colleagues for peer and personal support. I am forever grateful to have a community of social workers available to support my own mental well-being. We share common goals of connecting to our clients, striving to understand their unique circumstances and discovering how we can be helpful together. It's been very humbling and rewarding work. A recent highlight was witnessing a students' amazement when he discovered that his ADHD is a superpower he didn't know about! A small moment in a child's life, what a privilege to share it. As a social worker I can help clients realize their inner strength, support them to reduce stress in their lives and help them find ways to connect to others. Everyone has a superpower, and Social Workers help you find it!

Laura

Within my home community of Keene ON, we’ve been adapting to enable people to connect with one another (while still following protocols). We have been moving our events online; this includes Coffee hours, Talent Auctions, Learn and Leisure times, Kids Clubs and PA days, Sunday Services, Meetings, book launches. Another focus has been helping provide access to devices and help community members use them so they can feel connected to others. there have been many laughs and some tears as we navigate the world of zoom. With technology, we have been able to host online learning sessions, Learn and Leisures times, where community members share their gifts and talents: photography, birdwatching, local authors. We have had to get creative in how we come together and support one another outdoors including distanced porch visits, community walks, community gatherings in large spaces. Many of our community members have also found a new love for winter activities: walks, sledding, snow shoeing. Coming together is so important. People need people. This has been a community drive to support peoples spiritual, emotional, mental and physical needs.

Rochelle

Cabinet privé

Notre communauté dans le nord-ouest de l’Ontario a toujours connu ses propres défis. En raison de la COVID-19, il existe un besoin croissant de services de santé mentale pour tous les âges. Malheureusement, les organisations sont dépassées, ce qui entraîne de longs temps d’attente pour les individus. Un aspect inédit lié à la COVID-19 est la capacité de collaborer avec d’autres praticiens pour s’assurer que les personnes n’attendent pas les services. Cela implique de sortir de notre propre cabinet et de voir comment nous pouvons aider les autres. J’ai récemment communiqué avec un autre travailleur social pour voir comment je pouvais l’aider. Nous avons collaboré pour pouvoir résoudre les problèmes liés aux listes d’attente et voir les personnes dès que possible.

Alice

Dépendances et santé mentale,
Travail social à l’école avec des enfants et des jeunes
Santé des femmes

Tout au long de la pandémie, j’ai visité cinq communautés des Premières Nations isolées et accessibles uniquement en avion en tant que travailleuse essentielle. Malgré les limites imposées par la COVID-19, mon équipe et moi avons réussi à favoriser un espace de guérison thérapeutique où les participants ont été guidés en toute sécurité pour se confier et guérir. En tant qu’équipe, nous avons impacté la capacité de la communauté à aller de l’avant. Notre « partage » et notre présence étaient importants; en tant que travailleurs essentiels, nous avons fourni les compétences indispensables pour assurer le bien-être des familles et des communautés des Premières Nations.

Carolyn

Travailleuse sociale en santé mentale des enfants, hôpital

Je travaille dans le domaine de la santé mentale des enfants dans un hôpital de la région de Niagara. En mars dernier (au début de la pandémie), tous les services de santé mentale « en personne » ont été déplacés vers une plateforme virtuelle. En même temps, mon gestionnaire est devenu le gestionnaire de la première « clinique d’évaluation et de test de la COVID-19 » de la région. J’ai pris une décision dès le début sur le fait que si j’avais l’occasion d’utiliser mes compétences en matière de travail social ou de diversifier mes compétences pour aider ma communauté dans cette pandémie, je le ferais. Cette occasion s’est présentée et je n’ai pas hésité à agir. J’ai contacté mon gestionnaire et j’ai offert mon aide à la clinique de test. Mon offre a été acceptée, je suis devenue membre de l’« équipe », et le lendemain j’étais « première ligne », vêtue d’une blouse stérile et d’un ÉPI complet.

Cette expérience de travail social de première ligne m’a mise au défi de façons que je n’avais jamais imaginées... c’était désagréable et bouleversant au début, mais aussi gratifiant à bien des égards. Je me suis adaptée à la routine de ce nouveau rôle, en travaillant avec une formidable équipe d’infirmières, de médecins, de personnel de service environnemental, de personnel de bureau, de gestionnaires, de membres de la sécurité et de services paramédicaux, tous très courageux. Je suis restée dans ce rôle jusqu’à l’été, lorsque j’ai ensuite repris mon poste habituel en santé mentale en consultation externe. Je crois que j’ai eu l’occasion de me mettre au défi pendant les premiers jours de la pandémie, de faire face à des craintes et de faire preuve de courage en faisant ce que je pouvais : ce que j’aime en tant que travailleuse sociale pour faire une différence pour les gens de ma communauté.

Quand je pense aux gens avec qui j’ai travaillé cette année, les travailleurs sociaux de ma communauté, l’équipe de tests de la COVID-19 et notre personnel hospitalier ont continué à briller comme des étoiles, même les jours les plus difficiles. Je ne sais pas combien de temps cette pandémie se poursuivra, mais je sais que nous allons la traverser. Parfois, le simple fait de savoir que vous n’êtes pas seul est ce qui fait toute la différence.

Lori

Access to Services is at an all-time low given the number of people struggling it’s had a ripple effect trying to keep up with the demand. My training in mental health is invaluable as I look to find my own balance what has become a moment of great need. Clients who are homeless, living in poverty, and don't have phones or computers are suffering the most as they have no zoom or phone availability are among the most vulnerable and are those I serve. I have been operating as an essential service to be available to these individuals. The most beneficial resource has been the access to free training and the connection with others in private practice. There were people there to help me along the way and now I strive to be the helper others feel safe with. My message of hope is "be where your feet are" in the moment, in gratitude, in knowing this too shall pass. We can face anything when we face it together. I've seen a lot of individuals get through crisis during COVID and I've seen so much resiliency through it all.